Foulée : est-ce possible de la changer ?

Foulée

La foulée en course à pied, on l’a de manière naturelle, dès que l’on commence à courir, elle apparaît. Mais, je me suis toujours posée une question… Est-ce que la foulée peut se travailler ?

Si tu veux courir, cours 1KM. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon.

E. ZATOPEK

C’est une question que je me suis posée quand je me suis blessée.

Que s’est-il passé ?

Pour information, j’ai eu le syndrome de l’essuie glace, et il est encore un peu présent avec moi. Mais, je travaille pour revenir en pleine forme et pouvoir gambader à nouveau !

Blessure
Je ne maltraite pas mon genou…

Cela fait depuis le mois de décembre 2019 que je suis blessée. J’ai arrêté la course pendant 1 mois et demi, avant de me dire qu’il serait peut-être temps de m’y remettre…

Comme j’ai pu l’écrire dans un précédent article, je m’interroge sur les causes de ma blessure. Et pourquoi ma foulée ne serait-elle pas impliquée ?

C’est la question que je me suis posée, et Léa Camus, étudiante en ostéopathie est venue en mon aide. Elle m’a donné beaucoup de conseils sur ma foulée grâce aux cours professionnels de La Clinique du Coureur.

En plus de tout ça, j’ai acheté le livre « Courir léger », Light Free Running, de Solarberg Séhel, pour continuer ce changement de foulée.

Livres de course à pied

Léa m’a conseillé d’arrêter ma foulée avec l’attaque talon, mais de me concentrer pour changer ma foulée pour solliciter la foulée médio-pied. En changeant ce simple mouvement, je dois tout modifier…

Changer sa foulée n’est pas anodin, cela prend du temps, je ne suis même pas sûre d’y arriver… Mais, j’ai le temps de tester non ?

Aucun objectif « officiel » mise à part : pouvoir courir à nouveau. Alors, c’est parti pour l’aventure !

Processus pour changer de foulée

Mois 1 : changement de foulée

En février, j’ai commencé à reprendre la course à pied, avec les conseils de Léa et La Clinique du Coureur.

Mais, j’ai eu dû mal à concilier vie professionnelle avec mon sport, et ce temps d’hiver… Je n’ai pas réalisé beaucoup de séances et mon genou me faisait encore un peu mal en courant dix minutes…

Alors, je n’ai pas été très sérieuse en termes de renforcement et de course à pied…

Mois 2 : repos complet de course à pied

Avec le confinement en France à partir du 16 mars, je n’ai pas pratiqué la course à pied pendant un mois.

Je n’avais pas envie de sortir ni de courir chez moi, même si j’ai essayé, ce n’était pas très concluant.

Mois 3 : avril, c’est la reprise…

J’ai pris la décision de rependre la course à pied, à une heure peu fréquentée (6h40 du matin) et pendant peu de temps. Cela me permet de respecter le confinement et ne croiser personne.

Pour habituer mon corps à cette nouvelle foulée, je me suis contentée de ma rue, et de courir progressivement. Chaque semaine j’augmentais de cinq minutes la durée. J’ai commencé par 10 minutes, 15 minutes puis 20 minutes pendant trois semaines.

Mon cardio n’était plus présent, mais mon corps commençait à peine à s’adapter à cette nouvelle foulée

A quoi devrait ressembler ma foulée aujourd’hui ? Plutôt à ça (situation 2) :

Comment opter pour cette foulée ? Avec mes mots, voici ce que je pourrai dire :

  • Avoir un buste droit,
  • Réaliser des pas maîtrisés et courts,
  • Avoir une flexion de genoux à chaque pas,
  • Le buste doit être en avant,
  • Avoir un mouvement de bras synchronisé avec les jambes

Ce n’est clairement pas simple à mettre en place quand l’habitude est présente sur une autre.

Il n’y a pas que la foulée, mais aussi les pas par minute (ppm). Il est conseillé de courir à 170 ppm environ, et j’en était à 140 ppm… Ce qui est peu, du coup, je passais beaucoup de temps au sol, ce qui tirait un peu trop sur mes tendons.

Grâce à ces premières semaines, je suis arrivée à 168 ppm selon ma Garmin, c’est déjà un bon début ! Ma foulée commence à prendre forme, mais ce n’est que le début…

Mois 4 : mai, je sens les progrès !

Et oui, en arrivant à courir pendant 25 minutes, je sens que mon genou se renforce. Je peux le sentir un peu tendu en fin de séance, mais avec quelques étirements, et du froid, il s’en remet.

Grâce à une sortie randonnée à Fontainebleau, avec le parcours des 25 Bosses je travaille encore un peu. Bizarrement, quasi aucune douleur… Une petite gène car il n’a plus l’habitude d’être sollicité à ce point, ce genou, mais il a bien tenu.

On n’abandonne pas !!

La suite pour cette foulée ?

Ce n’est que le début d’un long chemin, mais la beauté du sport est l’évolution… Qu’importe les compétitions, ce qui compte c’est l’entraînement.

Je m’entraîne pour me dépasser, apprendre, prendre soin de mon corps et de mon esprit. Je ne suis pas là pour être championne olympique, mais juste une championne dans ma tête.

Et être une championne c’est quoi ? Passer du bon temps en faisant du sport, avoir du plaisir, dépasser mes limites mentales que je m’étais fixée, découvrir et partager.

Nous aurons toujours des obstacles dans notre vie, à nous de trouver la solution à chacun pour évoluer et être encore plus fort…

Maintenant, je reprends une programmation de ma vie sportive, que je vais vous présenter très vite… En avant vers de nouveaux objectifs physiques et psychologiques !

Merci d’avoir lu cet article jusque ici, et à très vite pour la suite.

The Cactus Adventure

Laisser un commentaire