Mon trail le plus fou !


Non classé, Sport / Monday, June 10th, 2019

Hello à tous !

Je reviens aujourd’hui avec un compte-rendu de mon challenge : le trail du Castor fou, de 23km avec 600 D+, à Vauhallan.

Mon racepack !

C’est un challenge que je me suis fixé il y a deux mois, après mon semi-marathon en février. Cette course avait été un peu compliquée à gérer au niveau tant physique que mental, mais j’avais apprécié les parties en forêt. Alors, pourquoi ne pas continuer sur la voie d’un trail ?

Mon tonton m’a donc proposé cette course, très technique, et avec du dénivelé pour quelqu’un de mon niveau, c’est-à-dire, débutant, et sans expérience sur des parcours nature. Dans mon quotidien, je m’entraîne surtout en ville et sur piste, alors je n’ai pas l’habitude de faire des zig-zag entre les racines, les cailloux, les troncs et les descentes instables.

Et, je peux commencer par écrire ce compte-rendu en admettant que c’était ma meilleure course, depuis que j’ai commencé à participer à des courses officielles en décembre 2018.

Je suis partie à cette course avec mon tonton et sa copine mais j’ai couru le trail seule.

Happy girl après le trail !

Je suis venue sans stress, sans pression, avec le sourire, et une envie de donner le meilleur de moi-même et de passer un bon moment. Le temps était plutôt beau quand on est arrivés sur place, un beau soleil, un peu de vent, mais pas trop, et retrait des dossards très rapide.

Changement de tenue à la voiture, j’avais préparé pas mal de nourriture avec ma nouvelle ceinture Kalenji avec la marque aptonia disponible chez Decathlon, j’avais prévu des Energy Fruit Mix (pomme-banane) comme des pom’potes, et des Energy Almond Bars (pâte d’amandes à la banane), et une pom’pote (pomme-banane).

Les produits Aptonia pour la course

Après cette petite préparation, on a enchaîné avec un petit échauffement jusqu’au départ, pour chauffer les jambes avec de la course et de la marche à pied.

18h – Départ

Pour ce départ, je me mets au milieu, et je cours tranquillement, puisqu’on commence par une côte en bitume pour progressivement se diriger vers les bois. Les trois premiers kilomètres se font donc sur route, et je me situe déjà dans le peloton de fin.

Arrivée au 4ème kilomètre, frayeur avec un endroit marécageux, que je n’avais jamais appréhendé avant. Il a donc fallu s’accrocher un peu, et mettre les pieds dans la boue. Mes chaussures étaient déjà bien trempées dès le 4ème, ça s’annonçait plutôt bien pour la suite… Heureusement, ce n’était que le seul endroit où j’ai eu le droit à ça ! Le reste du parcours était plutôt sec.

On repart de plus belle, derrière moi les vélos, et deux coureurs, devant moi une coureuse que je suis, pour ne pas me perdre en ce début de parcours en forêt qui commence sur un parcours “roulant”, c’est-à-dire plat.

Dès le 6ème kilomètre, c’est parti pour enchaîner des côtes et des descentes très raides ! Donc, j’opte pour une alternance entre course à pied retenue en descente et de la marche à pied en côte.

Les côtes étaient vraiment très raides, c’est la première fois que j’ai autant souffert du dénivelé. Mes mollets tiraient beaucoup car ils n’avaient pas l’habitude d’être autant sollicités. Mais bon, c’était tellement bon de se dire que le corps suit.

En effet, par rapport au semi-marathon, j’ai eu beaucoup moins de mal à courir sur le parcours, mes jambes ont réussi à me suivre sur ces 23 km !

Ensuite, après le 11ème kilomètre, le parcours est moins difficile, et je déroule ma foulée avec le sourire. Et je me rappelle qu’il me reste quand même pas mal de kilomètres à parcourir, et pour m’assurer que je vais le finir, je prends mon temps, je respire et j’écoute mon corps.

Je continue mon parcours, je croise plusieurs personnes, je ris, je prendre des photos, des vidéos, je prends le temps d’apprécier le paysage autour de moi, tout en continuant à courir.

Bref, c’était génial !

Au 20ème kilomètre, j’ai les jambes qui tirent beaucoup trop, alors j’alterne encore marche et course à pied, alors que j’étais motivée dans ma tête. Mes jambes m’ont ralenties, mais je ne l’ai pas mal pris, j’ai continué à mon rythme pour finir dans de bonnes conditions.

Je suis venue pour prendre du plaisir et c’est chose faite, j’ai passé la ligne d’arrivée avec un grand sourire, et très fière de mon “exploit”, 23km remplis, c’était pas gagné !

Comme quoi, tout est possible avec du travail, de la discipline et de la volonté. C’est ce que je recherche, c’est me prouver à moi-même que quand j’y mets du mien, que je donnes de mon temps, je peux accomplir ce que je souhaites. Le challenge est tellement apporteur de bonheur, de confiance en soi, et de plaisir, que je n’ai pas envie de m’arrêter ici.

Ce n’est que le début d’une longue adventure, comme ce blog, comme mon travail de juriste, et chaque projet que j’entreprends. C’est une source de dépassement !

J’ai hâte de réaliser mes prochains objectifs très prochainement et de partager toutes mes aventures avec toi, sur ce blog et sur Instagram (@thecactus_adventure). N’hésite pas à me rejoindre !

Et toi,est-ce que tu pratiques le trail ? Ou quelle activité tu pratiques pour te dépasser ?

Je t’annonce aussi que je vais faire plusieurs articles sur la pratique du trail pour tout débutant, et te donner mes conseils sur la préparation, la gestion de course et tout autre conseil que tu aimerais avoir pour progresser.

Très belle soirée à toi,

The Cactus Adventure

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *